LES GRANDES REGIONS VINICOLES

APPELLATION BEAUJOLAIS NOUVEAU

L'Ambassadeur du beaujolais : A la mi-novembre, il rassemble les foules dans le monde entier, on en parle dans les journaux, dans les revues, à la radio, à la télévision ; attendu dans les aéroports des pays lointains, il est une image de la France ; accompagné par ses "servants" radieux, Compagnons du Beaujolais, GOSIERSECS ou Grappilleurs des Pierres Dorées, il démarre en fanfare la campagne de commercialisation des vins ; il prélude aux festivités de fin d'année. Joyeux, impertinent il est servi sur le zinc, ou s'étale en tête de gondole dans les grandes surfaces. Mais qui est-il ce Beaujolais Nouveau dont l'arrivée est, chaque année, par delà les frontières, les religions, les cultures, la seule fête païenne vraiment universelle ? Le Beaujolais Nouveau n'est pas, à proprement parler, une nouveauté. En effet, pendant des siècles, l'humanité entière n'a bu ou presque que des vins "nouveaux", pour la seule bonne raison que l'homme ne savait pas les faire vieillir.

On ne les présente plus, véritables stars du vignoble que le monde entier attend avec impatience le troisième jeudi de novembre.
En effet, quelle merveilleuse et intemporelle idée que de fêter le vin nouveau, pour partager un pur moment de convivialité au début de l’hiver et découvrir les fragrances et arômes du nouveau millésime.Ces vins nouveaux, fleurons de notre patrimoine, proviennent principalement du terroir de l’AOP Beaujolais, un tiers seulement venant de l’AOP Beaujolais Villages.

On apprécie leur robe brillante, rouge clair, groseille ou cerise.On les aime pour leurs arômes très typés, de fleurs et de fruits, qui enchantent autant le nez que le palais.Il ne savait pas non plus les protéger des attaques de l'air, donc ne pouvait les garder sans dommage. Il n'y a que 300 ans que la bouteille existe, et qu'on sait la boucher hermétiquement, et à peu près le même temps qu'on à remplacé par des cercles de fer, les lianes des tonneaux tels que les Gaulois les avaient inventés. Avant cette époque, le vin devenait rapidement vinaigre et on avait intérêt à le boire rapidement.

Donc, à l'échelle de l'humanité, contrairement aux idées reçues, ce sont les vins dits "vieux" qui sont nouveaux, et les vins dits "nouveaux" qui sont anciens.
Dès le XIXe siècle, les vignerons et les marchands de vins du Beaujolais commercialisaient très tôt leur récolte. Le vin achevait sa fermentation en pièce pendant le transport cahoteux en voiture à cheval, ou en barges sur la Saône jusqu'à Lyon et ses environs. Populaire, il coulait à flot, les patrons de bistrots le servaient au verre sur le zinc, et en "pot" aux boulistes des clos ou joueurs de belote des arrière-salles. Les consommateurs le payait parfois au mètre - on mesurait la longueur de pots vides alignés côte à côte sur la table - On lui donna le nom de "troisième fleuve de Lyon". La vogue (fête foraine) annuelle de la Croix-Rousse, était le dernier dimanche d'octobre, une occasion de goûter le vin nouveau.

Pendant la seconde guerre mondiale, l'occupant ayant institué un régime de taxation et d'achats prioritaires pour son intendance, le Beaujolais Nouveau manqua ses rendez-vous.

 

[ Retour Acceuil ] [ Plan du Site ] [ Haut de Page ]

Visiteurs
A ce jour,16434 Producteurs font confiance à ce site avec une présentation de 14691 vins de référence
L'abus d'alccol est dangereux pour la santé. A consommer avec modération
Vignobles et Etiquettes France Tous droits réservés.® Copyright 2002-2018 Concepteur et Directeur du site : Jean-Gérard Gosselin
Site non commercial - Pas de vente de vins sur ce site mais seulement des conseils