NOS VIGNOBLES DE PROVENCE-CORSE

LA REGION DE CORSE

L'Ile de Beauté est connue pour la richesse de sa faune, de sa flore et de ses paysages montagneux. Peut être, un petit peu moins pour la qualité des vins qu'elle enfante. Des vins authentiques : des muscats aux Ajaccio et Patrimonio en passant par la superbe gamme des Vins de Corse, Calvi, Porto-Vecchio… La Corse élabore ses vins avec des cépages qui lui sont propres et chers : Barbarossa, Nielluccio, Siaccarellu, Vermentino… Il va sans dire qu'effectuer la route des vins de Corse, marque à jamais la mémoire. La Corse est souvent rattachée à la Provence à cause de son histoire géologique. Il y a dans ce vignoble des cépages locaux qui donnent des vins remarquables. La diversité géologique de la Corse est impressionnante et très qualitative pour les vignes.

HISTORIQUE

Antiquité La viticulture débute en Corse dès le V ième siècle avant notre ère avec l'arrivée des Grecs, puis elle est développée plus intensivement par les Romains. Moyen Âge Ce fut les ordres religieux qui redonnèrent une impulsion à la viticulture durant tout le Moyen Âge. Renaissance Au xvie siècle, le cartographe Ignazio Danti qui avait peint la Corse au plafond de la galerie vaticane écrivit : « La Corse a reçu quatre dons majeurs de la nature : ses chevaux, ses chiens, ses hommes fiers et courageux et ses vins, generosissimi, que les princes tiennent en l'estime la plus haute ! ». Période moderne Aux xviiie siècle et xixe siècle, la viticulture corse connaît un développement spectaculaire. Entre 1788 et 1896 sa production fait plus que doubler, et l'île peut facilement exporter vers la région parisienne grâce à l'arrivée du chemin de fer à Sète. À la fin du xixe siècle, les dommages causés par le phylloxéra sont une catastrophe économique et la production s'effondre. Période contemporaine Vignobles de Bonifacio au début du xxe siècle Au début des années 1960, avec l'installation en Corse de 17 000 rapatriés d'Algérie, la viticulture corse va être relancée, mais de manière quasi industrielle, avec la plantation de cépage à gros rendements sur près de 14 000 hectares. Peu à peu les vins corses prennent la place occupée par les vins de table algériens dans une gamme de vins de table à petit prix et de qualité plus que modeste.

Cependant cette politique va à l'encontre des nouvelles habitudes de consommation alors que les ventes de vins de table s'effondrent à partir des années 1970. En vingt ans, la viticulture corse perd les deux tiers de ses vignobles dont la superficie globale passe de 32 000 hectares à seulement 10 000 hectares à la fin des années 1990, ruinant l'économie locale.

Mais, dès le début des années 1990, des viticulteurs commencent à réagir et prônent la qualité. Aujourd'hui l'Union des vins corses et le Comité intersyndical des vins corses veulent jouer la carte de l'exportation et séduire les marchés étrangers grâce à des vins qui vont savoir séduire grâce à leur structure.

L’influence italienne
Historiquement, l’origine du vignoble corse est double. Tout d’abord, comme son cousin provençal, il remonte à la colonisation grecque. Mais surtout, il a été très marqué par l’influence italienne. L’île fut successivement placée sous l’influence des papes dès le IXe siècle, administrée par Pise à partir de 1077, pour finalement tomber sous la domination de Gênes de 1284 à 1768. Tout naturellement l’encépagement corse est aujourd’hui encore très comparable aux vignes italiennes.

Si la tradition viticole corse remonte à la plus haute Antiquité, le véritable démarrage n’en fut donné qu’en 1572, année où un décret génois enjoignit à chaque famille de planter quatre ceps. Toutefois, son véritable développement date du rattachement de la Corse à la France, en 1768, et surtout de la période post-révolutionnaire. À tel point qu’en 1850, le vin procurait à la Corse les trois quarts de ses revenus.

Bien qu’étant une île, la Corse n’a pas échappé à l’épidémie de phylloxéra, à la fin du XIXe siècle. La longue période de déclin qui s’ensuivit ne cessa qu’en 1960, lors de l’arrivée des rapatriés d’Algérie. Ceux-ci plantèrent massivement, surtout dans les plaines orientales et plus de 17000 d’entre eux s’y installèrent. Malheureusement, l’époque était à privilégier la quantité et une production systématiquement orientée vers les vins de table et de coupage. La mévente croissante de ce type de vin conduisit à l’arrachage de plus de 60 % du vignoble.

LOCALISATION

La Corse, la plus élevée des îles de la Méditerranée, voit son plus haut sommet, le Monte Cinto, culminer à 2 700 m (20 sommets dépassent les 2000 m). Sait-on qu’en Corse un vignoble peut regarder la montagne enneigée et avoir les pieds dans l’eau ? A titre d’exemple, le Clos d’Alzeto, au nord d’Ajaccio sur les flancs de la vallée de la Cinarca, face au golfe de Liscia possède le plus haut vignoble de Corse avec une parcelle de 50 ha à 500 m d’altitude. Le climat s’équilibre entre les influences maritimes et montagnardes qui se tempèrent mutuellement. C’est l’île aux mille vallées. Les meilleurs terroirs sont les sols secs des plateaux et des collines proches de la côte. Avec 4 grandes régions : la Corse granitique à l’ouest (les 2/3 de l’île), la Corse alpine à l’est aux sols constitués de schistes, les placages calcaires du nord-ouest et du sud aux étonnantes falaises blanches et enfin, la Côte orientale, succession de collines et plateaux aux sols argileux ou silico-argileux, cette grande diversité géologique offre à la Corse une multitude de vins qu’ils soient intenses et floraux, délicats et moelleux, ronds et charnus souvent dotés de notes minérales marquées.

LES APPELLATIONS

Avec une superficie de 8 680 km2, la Corse se dévoile comme une terre riche et surprenante puisqu’elle compte notamment 9 Appellations d’Origine Protégée. Ces dernières se répartissent entre des appellations de types « Cru », « Villages » et « Régionale », tout en intégrant une appellation spécifique pour les vins doux naturels. De plus, les IGP (Indication Géographique Protégée) de l’Ile de Beauté représentent à eux seuls plus de la moitié de la production totale du vignoble corse.

Le vignoble de corse possède 4 appellations viticoles AOC.

Ajaccio
Muscat du cap Corse
Patrimonio
Vin de Corse

Le vignoble de corse possède 2 appellations viticoles IGP.

Ile de Beauté
Méditerranée

LE TERROIR

La Corse offre une grande variété de sols avec des schistes à l'est, des sols granitiques à l'ouest, ainsi que des alluvions sédimentaires au centre et des affleurements calcaires au nord et au sud.
Les vignes sont plantées sur un sous-sol de granite hercynien. Le destin géologique de cette région est intimement lié à celui de la Provence. Il existe trois grandes zones géologiques en Corse :- la Corse cristalline (en référence à la Provence Cristalline), s’étend sur le 2/3 de l’île, entre Calvi et Solenzara. Elle est constituée essentiellement de massifs granitiques qui se sont formés entre -340 millions d’années et -280 Ma au moment de la formation de la chaine hercynienne. La Corse alpine ou schisteuse sur le tiers nord-est de l’île. Elle s’étire de l’Ile Rousse à Solenzara. Elle est composée de schistes, d’ophiolites plissées, de quartzites et de marbres. La plaine orientale, à l’est, de Bastia à Bonifacio. Cette zone est constituée de plateaux côtiers, sédimentaires, où l’on retrouve des calcaires, des grès et des sables avec la présence de sols silico-argileux et argileux. Cette diversité des terroirs contribue à la typicité du vin de Corse.

LE CLIMAT

Toute l'île a un taux d'ensoleillement moyen par an autour de 2 750 heures. La chaleur estivale est pourtant modérée par des influences maritimes et montagnarde. De plus, la période hivernale est douce et courte puisque les gelées sont rares, et le printemps précoce2.Le climat est un facteur important car il favorise la croissance de la vigne et donc la qualité du vin. Le climat du vignoble de Corse est de type méditerranéen avec des influences montagnardes. En effet la Corse est une véritable montagne plantée dans la mer. Le Monte Cinto culmine à 2 706 mètres. Plus l’on s’éloigne du littoral et plus les températures diminuent avec l’altitude. Après 600m d’altitude, le climat n’est plus méditerranéen mais montagnard ou semi-montagnard. Dans ces zones, les gelées et les brouillards sont souvent présents. Les hivers sont rudes, la moyenne annuelle des températures pour cette zone est de 10°C. Les précipitations sont plus présentes avec 800 à 1 500mm par an. Dans le reste de l’Ile, la température moyenne annuelle est de 14,5° à 16,5°C. Les étés sont chauds et secs avec un ensoleillement moyen de 2750 heures par an. Les hivers sont plus doux et les précipitations irrégulières variant de 600 à 800mm/an. Les vents en Corse sont très présents et divers. Le vignoble est surtout balayé par le Libecciu qui vient de l’ouest et du sud ouest. La Tramontane, un vent sec et froid du nord. Le Sirocco d’Afrique du Nord, vent chaud et sec du Sahara. Le Maestrale un dérivé du mistral provençal, c’est un vent violent et sec.

LES CEPAGES

30 cépages autochtones dont 6 nobles
Le vignoble corse a la chance de posséder plus de trente cépages typiques. Parmi eux, six grands cépages nobles ont été réintroduits, essentiellement pour les AOC afin de développer cette typicité corse si recherchée.

le niellucciu (cépage rouge) base de la renommée des vins de Patrimonio. Il possède un « nez de fourrure de lièvre et de réglisse », et libère des arômes de petits fruits rouges, de violette, d’épices et d’abricot. Aujourd’hui, il couvre 35 % des surfaces (6000 ha).
le sciaccarellu, grand cépage noir des vignobles de la région d’Ajaccio, de la Corse granitique de l’Ouest. Il est présent sur 15 % des surfaces (600 ha).
le vermentinu, cépage blanc qu’on appelle aussi « malvoisie de Corse ». Il donne des vins aux arômes floraux forts. Il représente 17 % des surfaces (1150 ha) et est considéré comme un des meilleurs blanc de la Méditerranée. Il est également utilisé pour la réalisation de rosés à forte personnalité.
L’aleatico (cépage rouge). Sa zone de prédilection, c’est la côte orientale, la région de Porto-Vecchio et du Cap Corse. Il donne des vins très aromatiques à la couleur foncée.
Le bianco gentile (cépage blanc). Sans doute a-t-on affaire avec le le bianco gentile, pourtant si peu cultivé à ce que la Corse a de plus typique offrant des vins reconnaissable à leurs couleurs variant du vert au doré avec un nez dévoilant des notes de fruits exotiques et d’agrumes.
Le barbarossa (cépage blanc). On le rencontre dans les appellations Sartène, Porto-Vecchio, Figari, Ajaccio et sur la Côte Orientale donnant des vins cristallins.


[ Retour Acceuil ] [ Plan du Site ] [ Haut de Page ]

Visiteurs
A ce jour,16315 Producteurs font confiance à ce site avec une présentation de 14535 vins de référence
L'abus d'alccol est dangereux pour la santé. A consommer avec modération
Vignobles et Etiquettes France Tous droits réservés.® Copyright 2002-2018 Concepteur et Directeur du site : Jean-Gérard Gosselin
Site non commercial - Pas de vente de vins sur ce site mais seulement des conseils