GUIDE ANTHOLOGIQUE SUR LE VIN

POEMES SUR LE VIN

LES EXILES 

de Théodore Faullin de BANVILLE 1823-1891

Blessé, mourant, traînant son aile,
Un pauvre pigeon gris et blanc,
Apportant la bonne nouvelle,
Est arrivé, taché de sang.

Donc, ô Victoire, tu te lasses
De suivre machinalement,
En rampant dans les routes basses,
Le porte-cuirasse allemand!

Tu ne veux plus, sous nos huées,
Car, même en tombant, nous raillons,
Ainsi que les prostituées
Marcher vers les gros bataillons.

Tu reviens! sois la bienvenue!
Dans les rangs d'où l'on t'exila
Tu ne pouvais être inconnue,
Puisque tes amants étaient là!

Ce vin d'espérance et de fièvre,
Ce noble, ce généreux vin
Dans lequel tu trompes ta lèvre
En nous offrant son flot divin,

Oui, c'est chez nous qu'on le savoure!
Nos fils, dont rien ne peut briser
La stoïque et mâle bravoure,
Connaissent ton rouge baiser.

Dans leurs maisons, au vent flottantes,
Ils savent te garder pour eux,
Et, lorsque tu quittes leurs tentes,
C'est une brouille d'amoureux.

Mais te voilà! C'était un rêve.
Regarde-nous de tes yeux clairs,
Chère infidèle, dont le glaive
Met sur nos têtes des éclairs!

Et brisons leurs fourches caudines!
Là-bas, son épée à la main,
C'est Aurelles de Paladines
Qui t'emportait dans son chemin,

Et, recommençant notre histoire
Dans un long combat de géants,
Hurrah! nos soldats de la Loire
Ont, en deux jours, pris Orléans!

Orléans! c'est là que la France
Trouve son plus cher souvenir;
C'est de là que la délivrance
Vers nous encor devait venir.

Là, ce flot d'azur qui s'allume
Au soleil, ces bois et le val
Qui la vit passer dans la brume,
Flattant de la main son cheval,

Tout nous parle de la guerrière!
O Prussien, qui t'aveuglais,
Orléans est la ville fière
D'où Jeanne a chassé les Anglais.

Ah! sans doute, forte et sereine,
Dans la rue, en armure d'or,
Avec nous la bonne Lorraine
Combattait cette fois encor!

Elle veille sur la chaumière!
Et nos ennemis, en fuyant,
Durent entrevoir la lumière
De son doux sourire effrayant!

Oui! sans cesse, ô fatal présage!
Le troupeau mené par Bismarck
Rencontrera sur son passage
La figure de Jeanne d'Arc!

Et si son nom vient sur ma bouche
Au jour éclatant du réveil,
Lorsque enfin notre honneur farouche
Prend sa revanche au grand soleil,

C'est parce que jadis, haïe
Des traîtres qui sèment l'effroi,
Elle ne tomba que trahie
Par la lâcheté de son roi.

Et ce qui de tout temps vers elle
Ramène mon esprit charmé,
C'est que pour nous cette pucelle
Reste la foi du peuple armé,

Et que sa vertu d'héroïne
Brûle toujours, malgré les ans,
Flamme inextinguible et divine
Dans l'âme de nos paysans!

 

[ Retour Acceuil ] [ Plan du Site ] [ Haut de Page ]

Visiteurs
A ce jour,16315 Producteurs font confiance à ce site avec une présentation de 14565 vins de référence
L'abus d'alccol est dangereux pour la santé. A consommer avec modération
Vignobles et Etiquettes France Tous droits réservés.® Copyright 2002-2018 Concepteur et Directeur du site : Jean-Gérard Gosselin
Site non commercial - Pas de vente de vins sur ce site mais seulement des conseils